La presse Slovène en parle

Accueil » Blog » La presse Slovène en parle

Le chien-loup de Saarloos fait la une de la presse spécialisée Slovène !
Khalibisnya Maginwulf Ripley est partie rejoindre Megi Delost en Slovénie au sein de l’élevage Myn Senca. Megi a récemment reçu le magazine Slovène Moj Pes (Mes Chiens) afin de faire découvrir la race du chien-loup de Saarloos au plus grand nombre. Megi m’a fait une traduction en Anglais du texte que je met à votre disposition en Français.

Temps de lecture estimé : 7 minutes

par Katja Zeljan
par Katja Zeljan

Journaliste au magazine Moj Pes (version Slovène du magazine « Mes Chiens »).

Chien extrêmement intelligent mais têtu avec un caractère unique qui pense par lui-même.

katja zeljan, magazine Moj pes

Le chien-loup de Saarloos est une race pratiquement inconnue en Slovénie, car nous n’avons actuellement que dix représentants de cette race. Sa reconnaissance n’est pas non plus grande en Europe, car c’est une race vraiment rare, qui est le plus souvent confondue avec le chien-loup tchécoslovaque et même avec le husky. Cela n’a rien d’étonnant, car la population mondiale ne compte pas plus de quelques milliers de représentants. Nous avons donc été très heureux lorsque le chien-loup Saarloos nous a été présenté par l’éleveuse Megi Delost.


Pourquoi avoir choisi cette race ?

Lorsqu’on lui a demandé ce qui a conduit au choix de cette race rare, Megi Delost répond qu’elle a recherché certaines caractéristiques de son style de vie.
Megi a toujours admiré les loups. C’est pourquoi elle a toujours aimé les races qui leur ressemblent visuellement, comme le berger allemand et le Husky. Cependant, Megi savait que la plupart de ces races ne lui convenaient pas d’un point de vue caractère. Lors de ses recherches sur le chien-loup tchécoslovaque, elle est également tombé sur le chien-loup Saarloos. Les informations sur cette race étaient encore plus déroutantes que pour le chien-loup tchécoslovaque, mais à la fin Megi a quand même trouvé des pages crédibles et des registres d’éleveurs. En lisant l’une des descriptions, Megi était tellement attiré par le caractère de cette race qu’elle a probablement décidé à l’époque que c’était un chien pour elle.
Megi ajoute qu’elle aime tout ce qui concerne la race:
«Ils sont actifs mais pas hyperactifs, parfois paresseux, conscients d’eux-mêmes, extrêmement intelligents, communicatifs, calculateurs et timides avec les étrangers, mais fidèles et dévoués à son maître, connectés à la nature. Il s’agit de la primitivité du loup et de la fraternité d’un chien en un. Si je devais généraliser, ce que j’aime le plus est leur caractère ; vous avez beau lire tout ce que vous pouvez sur le sujet mais vous ne le connaîtrez vraiment que lorsque vous vivez avec», souligne Megi Delost, qui n’avait pas l’intention de se reproduire au début.
Mais quand elle a acheté une femelle il y a près de quatre ans, qui est devenue un représentant très typique de la race, elle s’est rendu compte que le chien-loup de Saarloos sera sa race de cœur.
« À la maison, j’avais un représentant très typique et en bonne santé de la race, d’un caractère très stable, ce qui contribuerait également génétiquement à la diversité génétique de la population. Compte tenu de l’amour et de la passion pour la race, l’élevage était la prochaine étape sensée », admet-elle.

Une race avec des attributs de la Nature

La race est originaire des Pays-Bas. Leendert Saarloos (1884-1969) aimait la nature et les chiens, mais il pensait que les chiens étaient devenus trop humanisés et, en tant qu’amoureux du berger allemand, il voulait reproduire des traits naturels dans une race qui deviendrait un meilleur chien de travail. Ainsi, en 1932, il croise un berger Allemand mâle avec une femelle louve Européenne de type Sibériene. Ainsi, il a obtenu une population de base d’animaux avec un quart de sang de loup. Lors de la phase expérimentale suivante et avec une sélection stricte, une nouvelle race, le chien-loup Européen, a été développée. Certains animaux de cette nouvelle race se sont d’abord comportés comme des chiens-guides pour les aveugles. Cependant, en raison de l’augmentation du sang de loup, la capacité de travail héritée de l’ancêtre d’origine du berger Allemand a été progressivement perdue et il est devenu clair que la race n’était pas adaptée au travail ou aux chiens-guides. L’héritage de Leendert Saarloos n’est pas un chien de travail, mais une race avec des attributs de la nature qui a été reconnue en 1975. À cette époque, la race a été nommée Saarlooswolfhond. Le chien-loup Saarloos n’a donc pas été élevé dans un but précis. Il possède des qualités qui lui permettent d’être un compagnon fidèle et fiable et un chien de compagnie. Ce chien fortement bâti, qui ressemble à un loup et peut être de couleur gris loup, brun forêt, blanc ou crème – les mâles mesurent de 65 à 75 cm et les femelles de 60 à 70 centimètres – selon l’éleveur ne convient pas aux débutants.

Un caractère si particulier

En raison des attributs du loup, il est bon d’avoir des connaissances de base sur le comportement du loup et un sens de l’éducation et de la réaction aux bons moments. Bien sûr, les caractères de la race peuvent différer un peu, mais dans la plupart des cas, l’éducation est légèrement différente de celle des autres chiens. Le chien-loup de Saarloos est une race à laquelle nous nous adaptons, et non l’inverse. Ce sont des chiens relativement actifs, ils aiment bouger beaucoup, mais de temps en temps, ils aiment aussi passer une journée sur le canapé. Ils conviennent à un individu ou à une famille avec beaucoup de temps, de volonté et de patience. Cependant, ils ne sont en aucun cas adaptés à l’environnement urbain, Megi en est convaincue. Elle admet qu’à cause de tout ce qui précède, l’éducation peut être longue, avec des hauts et des bas.
Beaucoup de Saarloos ne réagissent pas à la nourriture ou aux jouets, il est donc important de construire un lien solide de confiance et de respect. Son maître doit être conscient que sa réserve n’est pas acquise, mais héritée. La timidité du Saarloos doit donc être acceptée et une éducation positive doit être appliquée en conséquence.

Timide mais jamais agressif

Le chien-loup de Saarloos, qui vit en moyenne entre 12 et 16 ans, s’entend très bien avec les autres animaux lorsqu’il leur est correctement sociabilisé dans sa jeunesse. C’est également un excellent chien de famille dans des familles appropriées, bien qu’il ne puisse pas être décrit comme un chien de famille.
Le chien-loup de Saarloos est une race qui ne conviendra pas à tout le monde. L’ adaptabilité du maître et sa patience sont primordiales pour le caractère d’un tel chien. Les Saarloos avec un caractère typique de la race sont réservés envers les humains, ce qui découle de leurs attributs de loup. Mais même s’il est timide, il n’est jamais agressif envers les gens. Les représentants de cette race, qui acceptent leurs humains et leur meute, sont incroyablement fidèles, ils les suivent comme des ombres et la plupart du temps ne veulent pas être séparés d’eux.
Parce qu’ils sont tellement attachés au propriétaire, elle dit qu’ils ont généralement des problèmes d’anxiété de séparation. Ils sont également connus pour leur destruction et leurs évasions ingénieuses.

En bonus : le reportage télévisé !

Megi ne chôme pas pour transmettre au plus grand nombre son amour de la race et la faire connaître du mieux possible…
En plus de cet interview du magazine Mes Chiens, Megi a eu la visite d’une chaîne de télévision Slovène qui a tourné ce joli repartage télévisé. Bon visionnage !

A lire sur le site :

Laisser un commentaire