Portée Khalibisnya Maginwulf 2022

Accueil » Mariages » Portée Khalibisnya Maginwulf 2022

L’été 2022 sera à marquer d’une pierre blanche à l’élevage familial Khalibisnya Maginwulf. En effet, depuis 2018, mes efforts se trouvent enfin récompensés ! 2022 sera l’année de la réussite pour ce projet de saillie tant de fois espéré ! Et c’est Khalibisnya Maginwulf Millesys qui donnera naissance à une portée qui fera date dans l’élevage du chien-loup de Saarloos en France.
Pourquoi cette portée Khalibisnya Maginwulf 2022 est-elle importante ?
Les raisons sont détaillées dans cet article.

Les reproducteurs de la portée Khalibisnya Maginwulf 2022
Mountain Dew Phillip et Khalibisnya Maginwulf Millesys

Temps estimé de lecture : 66 minutes


La maman : Khalibisnya Maginwulf Millesys

Numéro d’enregistrementLOF 1540/295
Date de Naissance25/11/2016
NationalitéFrançaise
Myélopathie DégénérativeSaine
Nanisme HypophysaireSaine
Tares occulairesSaine
Dysplasie des hanchesA
Dysplasie des coudesED-0
Taux de consanguinité génétiquegenCOI = 45%
Résultat test de caractèreExcellent
Cotation club de race4 “Lice recommandée”
Titres de champion Championne des Expositions Nationales
Championne Club de Race ABNF ’18 ’19
Championne de France
Championne Internationale de beauté
Vainqueur European Dog Show ’22

Le papa : Mountain Dew Phillip

Numéro d’enregistrementNHSB 3187477
Date de naissance27/02/2020
NationalitéHollandais
Myélopathie DégénérativeSain
Nanisme HypophysaireSain
Tares occulairesSain
Dysplasie des hanchesA
Taux de consanguinité génétiquegenCOI = 54%

La combinaison Phillip x Millesys

Mountain Dew Phillip est un beau jeune mâle de 2 ans et n’a pas encore éclaté. D’habitude je préfère prendre des mâles plus âgés mais c’est un choix assumé étant donné les précédentes tentatives infructueuses effectuées les années précédentes avec des mâles plus vieux, issus de la même population NVSWH. Pour autant, c’était également un choix risqué au regard de l’inexpérience que peut présenter un jeune mâle. Mais au final, ce choix a été payant !


Pédigree de la portée Khalibisnya Maginwulf 2022

pédigree chien-loup de saarloos
Cliquez sur l’image pour agrandir
Pédigree de la portée Phillip x Millesys sur 5 générations
Une portée issue de lignées de champions.

Parmi les raisons qui m’ont fait choisir Mountain Dew Phillip, figure son pédigree remarquable. En effet, vous n’y trouverez pas les ancêtres très largement utilisés dans les pédigrees de nos lignées Françaises et même étrangères. Parmi ces mâles populaires, on peut citer entre autres : Kwintus, Perneault, Pastis, Skog av Seppalaska, Zazi Zen Daoina Sidhe etc.

Il n’en est malheureusement pas de même pour le pédigree de Khalibisnya Maginwulf Millesys dans lequel ces mêmes ancêtres préalablement cités s’y retrouvent à foison…

Cependant, la combinaison Phillip x Millesys permet de rapporter un nouveau courant de sang inédit en France et de changer le statut de ces ancêtres trop largement utilisés “d’ancêtres communs” à “ancêtres répétés” dans les pédigrees des chiots de cette portée.


Taux de consanguinité et AVK de la portée Khalibisnya Maginwulf 2022

Les deux parents ont été génotypés chez Embark qui a pu calculer le taux moyen estimé de consanguinité génétique de la portée. Comme déjà évoqué dans mes précédents articles, ce taux de consanguinité est estimé par la quantification des segments homozygotes présents dans le génome de chaque parent (ROH pour  « Runs Of Homozygosity »). Le taux de consanguinité génétique est bien plus précis que le taux de consanguinité pédigree.

Le taux moyen de consanguinité génétique estimé pour la portée est de 38% et l’AVK de la portée est de 90.32%

Tous les chiots de la portée seront à leur tour génotypés chez Embark, ce qui permettra entre autres de connaître leurs taux de consanguinité génétique individuels.

taux de consanguinité pédigree par génération
Taux de consanguinité pédigree par génération

Aucun ancêtre commun n’apparaît sur les 8 premières générations !
D’où le grand intérêt de cette combinaison qui ramène en France, un nouveau courant de sang en terme de pédigree ainsi que de nouveaux allèles en terme de génétique. Cette portée Khalibisnya Maginwulf est inédite en France puisqu’aucune combinaison impliquant les reproducteurs de la population NVSWH n’avait été réalisée avec un reproducteur Français, jusqu’à présent…

Il est donc évident que les chiots issus de cette portée iront en priorité chez les éleveurs Français et étrangers ainsi que chez les particuliers désirant s’investir dans la race.

Par “particuliers désirant s’investir dans la race”, j’entends par là que les mâles ne soient pas stérilisés et que les tests de santé complémentaires soient effectués afin de pouvoir les mettre à disposition pour la reproduction afin d’augmenter la taille de la population effective du chien-loup de Saarloos qui nous fait tant défaut actuellement !


Les PedCharts impliqués dans la portée Khalibisnya Maginwulf 2022

pédigree chien
Cliquez sur l’image pour agrandir

Ci-dessus le pédigree complet de Mountain Dew Phillip remontant jusqu’aux fondateurs. Un PedChart a la particularité de ne faire apparaître qu’une seule fois chaque ancêtre. Cela permet d’identifier clairement la diversité des ancêtres du pédigree, le degré de sélection en consanguinité appliquée aux lignées du pédigree, vers quelles lignées (paternelles ou maternelles) tend davantage la consanguinité et de pouvoir remonter plus facilement jusqu’aux fondateurs de la race qu’au travers d’un pédigree classique. Ainsi, le couple fondateur se trouve à droite (Gérard et Fleur), et Mountain Dew Phillip est à gauche.

Les stratégies de sélection appliquées sur les lignées de Mountain Dew Phillip apparaissent clairement sur ce type de graphique : une petite poignée de chiens fondateurs, une consanguinité étroite appliquée très tôt dans le pédigree auxquels vient se rajouter une petite population effective NVSWH, un isolement de la population NVSWH depuis les années 80 avec une sélection en consanguinité étroite sur les dernières générations.
Ainsi, tous les ingrédients sont réunis pour générer un pédigree étroit entraînant une forte consanguinité (PedCOI : 64%)

pédigree chien
Cliquez sur l’image pour agrandir

Le pédigree de Millesys révèle une stratégie d’élevage différente. La base des pédigrees est la même que pour celle de Phillip (une poignée de chiens fondateurs et une consanguinité étroite appliquée très tôt dans le pédigree) plus un goulot d’étranglement à peu près au milieu du PedChart. Mais, sur le dernier tiers du graphique, le nombre d’ancêtres impliqués dans le pédigree augmente produisant une plus grande diversité.
Il s’agit d’un pédigrée toujours consanguin (PedCOI : 35%), mais plus diversifié que le précédent sur les dernières générations.


Les avantages d’un sidecross

Population fermée et population ouverte

Qu’est-ce qu’un sidecross ? C’est la combinaison de deux populations restées isolées l’une de l’autre depuis des générations.

En l’occurence, il s’agit ici de combiner des lignées issues de la population NVSWH restée fermée depuis les années 80 avec des lignées issues de la population générale.

L’avantage d’un sidecross entraîne génétiquement l’arrivée de nouveaux allèles dans le pool génétique de la portée et par conséquent une baisse significative de la consanguinité eu égard à celle des parents.
La consanguinité ne se transmet pas !

pédigree chien
Cliquez sur l’image pour agrandir

Le PedChart simulé de la portée Khalibisnya Maginwulf 2022 montre une bien meilleure diversité dans le nombre des ancêtres utilisés (d’ou la baisse de consanguinité) mais toujours avec un tronc commun, celui d’une consanguinité étroite de la première moitiée du pédigree qui maintient le niveau de consanguinité de cette portée dans la moyenne actuelle des Saarloos (alt-pedCOI : 37%)


Coefficient de parenté des reproducteurs de la portée Khalibisnya Maginwulf 2022

liens de parenté

Malgré des lignées séparées depuis près de 40 ans, Embark a calculé depuis l’ADN des deux parents, un coefficient de parenté (COR – Coefficient Of Relationship) de 52 ; ce qui rend Phillip et Millesys aussi apparentés que des frères et soeurs ! C’est dire à quel point il y a urgence pour les éleveurs de prendre à bras le corps, la question de la diversité génétique chez le chien-loup de Saarloos !

Bougez le curseur central pour comparer

Ci-dessus, deux représentations graphiques de la consanguinité des parents affichée chromosome par chromosome (Caryotype simplifié d’Embark).
Tous les segments homozygotes (ROH) sur chaque chromosome apparaissent en couleur orange, tandis que les zones non consanguines apparaissent en couleur grise.


Résumé de l’intérêt de cette portée Khalibisnya Maginwulf 2022

conclusion
  • Un nouveau courant de sang absent de nos pédigrees Français depuis près de 40 ans
  • De nouveaux allèles intègrent le pool génétique
  • Une amélioration de la diversité génétique
  • Des taux de consanguinité pour les chiots inférieurs à ceux de leurs parents
  • De nouveaux traits physiques espérés et notamment des détails en tête que je cherche à améliorer et qui vont dans la continuité de ma sélection.

Confirmation de gestation

Mise à jour du 10 juin 2022

échographie confirmation de gestation chienne

Le vendredi 10 juin 2022 a eu lieu la confirmation de gestation de Millesys et de nombreux embryons ont été vu à l’échographie.
La couleur des chiots de cette portée Khalibisnya Maginwulf 2022 sera exclusivement “gris de loup” et la mise bas est attendue pour la mi-juillet 2022.


La liste d’attente pour réservation d’un chiot est désormais ouverte !


Radiographie des chiots

Mise à jour du 5 juillet 2022

Millesys avait rendez-vous aujourd’hui chez notre vétérinaire pour une radiographie de la portée. Millesys a pris 6 kilos ; elle a tout le temps faim, ce qui nous change de sa précédente portée durant laquelle il fallait la forcer à manger ! la gestation se passe très bien.

A vos pronostics !


Mise bas des chiots

Mise à jour du 14 juillet 2022

Portée Khalibisnya Maginwulf

Les chiots de Phillip et Millesys sont nés le 12 juillet. J’aurais espéré que cette mise bas se passe sans problème, comme avec la dernière portée de Millesys, mais malheureusement, encore une fois, cela n’a pas été le cas…

Misaki et Millesys
Misaki prend soin de sa soeur

Néanmoins, toute la période de gestation de Millesys s’est très bien passée. Tant par son comportement que par son appetit. Millesys a pris 7 kilos, ce qui laissait présager des chiots de bonne taille. Au regard de son petit gabarit, on se demandait régulièrement : “mais où peut-elle bien mettre tous ses chiots ?”

L’attente

Le 11 juillet à 15 heures, Millesys perd le bouchon muqueux. Elle commence à s’exciter. Demande régulièrement à sortir dehors. Elle cherche à creuser, à faire sa tagnière. A 22 heures, Millesys perd les sécrétions verdâtres, signe qu’un chiot ne devrait pas tarder à naître. 1 heure passe et rien, je commence à m’inquiéter. 2 heures passent, je ne vois aucune contraction et toujours pas de chiot. Millesys toupine, tremble, n’arrête pas de sortir et rentrer. Elle continue de perdre un peu de sécrétions verdâtres. Toujours pas de chiots.
3 heures plus tard, c’est toujours le status quos. J’appelle le vétérinaire. A une heure du matin, je tombe sur le vétérinaire régulateur qui me renvoit sur la clinique de garde, celle de Rouen (elle est à 45 minutes de route…)

Les urgences vétérinaire

Nous prenons la route et arrivons vers 2 heures du matin. A l’examen, la vétérinaire pense que l’utérus ne se contracte pas pour expulser les chiots et diagnostique un cas de dystocie. A l’échographie, les coeurs des chiots battent mais sont trop lents en rythme. Il y a souffrance foetale. Une radio montre qu’un chiot est déjà engagé et qu’il bloque le passage. Décision est prise de faire une césarienne. Le chirurgien est appelé chez lui pour l’opération et arrive une demi-heure plus tard à la clinique. Commence une longue attente dehors, sur le parking de la clinique vétérinaire qui nous paraît interminable.

Là-dessus, un energumène se dirige vers nous et nous réclame une cigarette. Il n’est pas dans son état normal, il a les yeux vitreux, il est shooté… Le ton s’envenime, il ne comprend rien, il est agressif et ne comprend pas notre situation et s’en moque d’ailleurs totalement. Heureusement, il finit par partir en vociférant des choses incompréhensibles dans la rue.

A 3 heures du matin, la vétérinaire vient nous chercher : Millesys va bien et 7 chiots de gros gabarit ont été retirés. 2 femelles et 5 mâles. Le chiot qui était engagé a été poussé dans la voie naturelle et donc né quasiment naturellement. Il est un peu teinté vert à cause des sécrétions verdâtres. En opérant, le chirurgien a constaté que l’utérus s’était déchiré et qu’un chiot s’était coincé dans cette déchirure. Il n’a malheureusement pas pu être réanimé… Les 6 chiots vont bien, on les entends crier dans la salle d’à côté.

Le retour à la maison

Il est 5 heures et demi du matin lorsque l’on arrive à la maison. Millesys est toujours un peu dans les vappes. Elle a des périodes de tremblements. Il faut maintenant lui présenter les chiots pour la têté et là j’avoue ne pas être serein… Je ne peux m’empêcher de repenser à l’épisode de Misaki l’année dernière. Je me dis “pourvu que ça se passe bien, pourvu que Millesys accepte les chiots !”
J’essaye de me rassurer en me disant que Millesys a déjà mise bas et qu’il n’y a aucune raison que ça se passe mal…
On lui présente d’abord un chiot, dans la main, prêt à agir au cas où. Millesys le regarde, toujours un peu dans les vappes, elle le sent, commence à vouloir être plus en contact avec le chiot. Tout a l’air de bien se passer. On dépose le chiot à la mamelle. Elle ne dit rien. Le chiot cherche naturellement le contact de la tétine, la trouve et tête immédiatement.

Chiots Khalibisnya Maginwulf

Tout se passe bien. Chiot après chiot, tout le monde trouve sa place et Millesys, malgré son état vaseux, observe ses chiots, commence à leur lécher le périnné, bref à s’en occuper comme si de rien n’était.

Première têtée

Les chiots sont pesés : 505g, 500g, 495g, 455g, 385g et 370g. Ce sont de beaux bébés chiots qui semblent être en parfaite santé.
A 7 heures du matin, très fatigués par cette nuit blanche, on s’accorde un peu de repos.
Toute la journée du 12 juillet se passe très bien. Tous les chiots têtent bien, Millesys est à nouveau alerte et s’occupe très bien de ses chiots. On veille à ce qu’elle boive et mange en bonne quantité et qu’elle puisse se lever de la caisse pour aller faire ses besoins.
A 20H30, plus personne ne tient debout et tout le monde va se coucher pour une bonne nuit de repos réparateur.

Un problème survient

Vers 08h30 nous sommes réveillés par les chouinements de petit Shrek qu’on avait surnommé ainsi à cause de sa couleur légèrement teintée de vert par les sécrétions. Il semble avoir mal, refuse de têter. On lui prend la température et n’est qu’à 35.6° malgré la température de 26° dans la pièce et la présence de la lampe chauffante sur une partie de la caisse de mise bas… Direction immédiatement chez notre vétérinaire traitant. Il est ausculté, rien à signaler au stéthoscope ni à la palpation mais présente une température faible. Une petite injection d’antibiotique et un flash de cortisone lui sont prodigués. Nous rentrons à la maison avec comme consignes de faire remonter sa température et de lui faire ingérer du lait (à la mamelle ou au biberon).

Petit Shrek

On veille sur petit Shrek

Petit Shrek a été veillé toute la journée. Sa température est rapidement remontée et maintenue mais il ne mange toujours pas (ou si peu) et continue de chouiner à intervalle régulier. Nous retournons dans l’après-midi chez notre vétérinaire qui procède à une injection sous-cutanée de glucose. De retour à la maison, une heure plus tard, petit Shrek accepte enfin de prendre du lait maternisé (colostrum + lait) à la seringue. Il déglutit et arrive à prendre l’équivalence de 15ml. Je me dit, ça y est, on va sortir du tunnel. Malheusement, petit Shrek s’affaiblit de plus en plus et il va malheureusement nous quitter à 3h du matin, le 14 juillet.

L’autopsie faite le lendemain montrera que petit Shrek n’avait aucune chance de survivre… Son intestin n’était pas relié au scrotum… Au lieu d’être d’un seul tenant, entre l’estomac et le scrotum, il était en deux parties, non reliées entre elles…

Au final

Finalement, la portée de Millesys se constitue de 5 chiots, que nous avons prénommés :
– Tennessee (femelle collier violet).
– Tahïs (femelle collier rose).
– Te Quiero (mâle collier rouge).
– Taho (mâle collier orange).
– Togo (mâle collier bleu).

Millesys, heureuse avec ses chiots

Voilà, encore une expérience forte en émotions dans la vie d’un petit éleveur familial de chien-loup de saarloos… Si encore il n’y avait eu que cet épisode pour cette portée… J’écrirai certainement un post sur “l’aventure” qu’a été la saillie aux Pays-Bas…
Un nouvel épisode de “Vis ma vie de petit éleveur familial”.


Les chiots ont une semaine

Mise à jour du 20 juillet 2022

Les chiots de Phillip et Millesys

Bon, je ne peux pas être objectif : les chiots de Phillip et Millesys sont superbes !
Ils sont très attachants et maman Millesys veille sur eux comme sur un trésor.
Elle ne les quitte pas, ne part de la caisse de mise bas que pour faire ses besoins.
En l’espace d’une semaine seulement, ils ont déjà beaucoup évolué ; ils grossissent à vue d’oeil et commencent à pousser sur leurs pattes au lieu de ramper. Certains se mettent à chanter…

Prochain rendez-vous dans une semaine, où les chiots nous ferons voir leurs beaux yeux ^^


Les chiots ont deux semaines

Mise à jour du 27 Juillet 2022

Millesys & Tennessee

Les chiots grandissent et prennent du poids chaque jour. Ils ont ouvert pour la première fois leurs yeux au 14ème jour. Ils commencent à se tenir sur leurs quatres pattes et font des efforts pour marcher plutôt que de ramper. Millesys est toujours aux petits soins pour ses chiots. Les nuits dans notre chambre sont plutôt paisibles ; on ne les entends pas de la nuit et au petit matin ils se réveillent en même temps que nous avec la lumière qui rentre dans la chambre.

Les chiots ont un mois

Mise à jour du 09 Août 2022

Les chiots ont un mois et c’est leur toute première sortie à l’extérieur sous l’oeil vigilant et attendrissant de maman Millesys et l’aide de tonton Ryuk.
Les bébés se portent très bien, ils explorent le monde alentour et sont plein de vie.
Ils ont quitté notre chambre pour venir squatter notre salon où tous les autres Saarloos de la meute les côtoient.


Les résultats Embark sont arrivés !

A l’âge de 2 semaines, j’ai procédé à des prélèvements salivaires sur les chiots de Phillip et Millesys que j’ai envoyé chez Embark pour analyse. Ainsi, je vais pouvoir connaître leurs caractéristiques physiques mais aussi leurs taux de consanguinité génétique individuels.

Pour rappel, j’avais calculé à l’aide de ma database alternative, un taux moyen de consanguinité pédigree pour la portée de 37% (alt-pedCOI).
Les deux parents étant déjà génotypés chez Embark, ce dernier a estimé le taux moyen de consanguinité génétique de leur portée.
La prévision estimée d’Embark était : genCOI = 38%.

Pour rappel, les taux de consanguinité génétique des parents sont les suivants :

ParentsConsanguinité génétique
Mountain Dew PhillipgenCOI = 54%
Khalibisnya Maginwulf MillesysgenCOI = 45%


Un des objectifs de cette combinaison était de produire des chiots à la consanguinité inférieure à celle de leurs parents.

Les résultats Embark sont donc arrivés 3 semaines après envoi aux US pour analyses et le résultat est un taux de consanguinité génétique moyen de la portée : genCOI = 37%.

Chaque chiot n’hérite pas de la même distribution d’allèles de son père et de sa mère. Par conséquent, de grands écarts de taux de consanguinité peuvent être observés entre les chiots issus d’une même portée. Ce n’est pas le cas ici, les taux sont homogènes :

ChiotsConsanguinité génétique
TogogenCOI = 38%
Té QuierogenCOI = 38%
TennessegenCOI = 37%
TahïsgenCOI = 36%
TahogenCOI = 36%
Moyenne de la portée37%

Réflexion générale

Un outil formidable

Pouvoir prédire à l’avance le niveau d’homozygotie des chiots d’une portée est, pour un éleveur, une possibilité inédite et fantastique !
Rapporté à la race du chien-loup de Saarloos (faible population effective et haute consanguinité), je dirai même que c’est un outil obligatoire pour tout éleveur responsable.
Le bon sens voudrait que le plus grand nombre de reproducteurs soient génotypés Embark. Ainsi, il serait très facile pour l’éleveur d’obtenir le taux de consanguinité prévisible et de choisir en connaissance de cause la meilleure combinaison.
La logique voudrait également que les éleveurs prennent l’habitude de génotyper automatiquement tous leurs chiots. En effet, si plus tard, certains devaient reproduire, cela faciliterait énormément les démarches pour obtenir le taux de consanguinité génétique.
Enfin, avec un nombre plus important de Saarloos “Embarkés”, nous mettons davantage de chances de notre côté pour qu’Embark mette son outil Matchmaker à disposition de la race .

Combattre les idées reçues

Parmi les idées reçues dans l’élevage canin, le culte du “meilleur” doit être banni dès lors où l’objectif est de favoriser la diversité génétique.
En effet, une fois qu’un mâle d’une portée a été utilisé pour la reproduction (généralement parce qu’il est considéré comme étant le meilleur sujet de la portée), les autres mâles issus de cette même portée ne seraient plus des choix judicieux pour la reproduction… En effet, les pédigrees de la fratrie sont identiques à ceux de leur vénérable frère…
“Mais quel intérêt de faire une portée avec un pédigree déjà utilisé ?”
“Les lignées du mâle ont déjà été utilisées !”
“Ce n’est pas très original comme combinaison : déjà fait avec son frère…” etc etc…
Et bien c’est une erreur ! En effet, cette manière de penser est exclusivement basée sur l’analyse des pédigrees et non sur la génétique ! Une fratrie possède certes un pédigree identique mais chaque individu composant la fratrie possède une distribution d’allèles différente ! Les gènes homozygotes ne sont pas identiques au sein de la fratrie et par conséquent, chaque mâle issu de la même fratrie possède un pool génétique différent ! Excepté si ce sont des jumeaux….

La preuve ci-dessous, avec une représentation graphique de la consanguinité affichée chromosome par chromosome, pour chacun des trois mâles de la portée. Tous les segments homozygotes (ROH – Runs Of Homozygosity) sur chaque chromosome apparaissent en couleur orange, tandis que les zones non consanguines apparaissent en couleur grise.

L’amélioration par la sélection nécessite de conserver une variation génétique !
Encore une fois, la population effective du Saarloos est petite ! Si en plus, les éleveurs écartent de la reproduction des mâles pour le seul motif que leur glorieux frère a déjà reproduit, on réduit d’autant plus le choix des étalons, aujourd’hui déjà très limité…


Les chiots ont 5 semaines

Mise à jour du 16 août 2022

A 5 semaines, Millesys apprécie toujours autant la tétée de ses chiots

Le temps passe, les chiots ont dorénavant 5 semaines.
Les oreilles se sont dressées, l’espace de jeux s’agrandit ainsi que leur curiosité.
Tous les adultes sont en contact avec les bébés. Ils se prêtent fort volontiers au jeu, dans le calme et le respect de la différence de tailles.


Visite de la NVSWH à l’élevage

Mise à jour du 20 août 2022

Aujourd’hui, j’ai eu la visite d’une partie du conseil d’administration de la NVSWH afin d’évaluer les chiots de Phillip et Millesys. Nous avons passé un agréable moment, riche en enseignements sur les critères d’évaluation. La NVSWH est ravie de la qualité de la portée et décide de prendre un chiot !

A l’annonce de ce mariage, j’avais évoqué et expliqué que cette portée Khalibisnya Maginwulf 2022 ferait date dans l’élevage Français du chien-loup de Saarloos. En fait, cette portée est même historique et ce, pour plusieurs raisons.

  • En effet, c’est la première fois qu’un éleveur Français produit une portée avec un mâle de la population de la NVSWH. Cela n’avait jamais été fait jusqu’à présent.
  • C’est aussi la première fois que la NVSWH se déplace chez un éleveur Français.
  • Enfin, c’est la première fois que la NVSWH décide de prendre un chiot produit par un éleveur Français afin qu’il intégre son programme sidecross.

Je suis très fier qu’un tout petit élévage familial Français comme le mien ait finalement réussi à mener à bien ce projet. Mais aussi et surtout, je suis très heureux de savoir qu’un mâle Khalibisnya Maginwulf contribuera au programme de centralisation des naissances de la NVSWH.


Les chiots ont 8 semaines

Mise à jour du 10 septembre 2022

chiens-loups de saarloos

Les semaines passent et les chiots grandissent, les caractères s’affirment. Ils deviennent de plus en plus beaux à chaque semaine qui passe. C’est vraiment une portée magnifique.